• Appel à candidatures,

APPEL À MANIFESTATION D’INTÉRÊT EN VUE D’UNE LABELLISATION DES ÉQUIPES ENGAGÉES DANS LA RECHERCHE COLLABORATIVE ENVIRONNEMENTALE

Publié le 6 décembre 2016 Mis à jour le 13 décembre 2016

Témoignant de l’intérêt qu’il porte aux recherches associant la société civile aux côtés de la recherche académique et conduites en appui aux politiques qu’il soutient, le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer (MEEM) a développé un programme expérimental de recherche nommé REPERE (Réseau d’Échange et de Projets sur le Pilotage de la Recherche et de l’Expertise) visant à encourager la participation des associations environnementales à la recherche.

Date(s)

du 24 novembre 2016 au 22 décembre 2016

Sous le double effet de la montée en puissance des dispositifs de démocratie participative d’une part, et des politiques nationales et européennes d’ouverture de la recherche d’autre part, on assiste aujourd’hui à de profondes transformations des rapports entre sciences et sociétés. Ces évolutions affectent le fonctionnement général de nos sociétés, et elles donnent également lieu au développement de pratiques de recherches innovantes, mobilisant les énergies, savoirs et savoir-faire de la société civile aux côtés de la recherche académique. Ces partenariats entre recherche académique et société civile suscitent aujourd’hui largement l’attention des pouvoirs publics et des instances de programmation de la recherche et font l’objet d’analyses à différents niveaux institutionnels (régional, national, européen).

A la faveur de ce mouvement général, le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer (MEEM) porte un intérêt tout particulier aux recherches qui, conduites en appui à ses politiques, sont conçues sur la base d’une telle ouverture à la société civile. Il considère cette ouverture nécessaire pour la réussite de la transition écologique et le renouvellement des rapports entre production de connaissances, écosystèmes productifs et socio-politiques que cette transition suppose. Il souhaite ainsi contribuer à légitimer les modes de production de connaissances qui permettent à la fois de rendre en charge la complexité des enjeux, d’adapter les questions de recherche aux besoins des
territoires et des acteurs, et de faire monter ces derniers en compétence et en généralité pour créer une dynamique d’évolution sociétale favorable. C’est pourquoi il a suscité l’animation, de 2010 à 2014, d’un programme expérimental de recherche nommé REPERE (Réseau d’Echange et de Projets sur le Pilotage de la Recherche et de l’Expertise) visant à développer la participation des associations environnementales à la recherche. Ce programme a permis de soutenir une vingtaine de projets très divers en matière de recherches menées conjointement par des acteurs académiques et non
académiques. Afin de capitaliser et de prolonger les enseignements très riches de cette expérience, le MEEM a décidé de mettre en place, sur la période 2015-2017, une seconde phase du programme animée par une « Commission pluraliste » composée d’une trentaine de personnes venues de divers horizons : chercheurs, responsables ou représentants d’associations environnementales, représentants de services techniques de conseils régionaux, responsables de GDR (Parcs) ou de GIS (Démocratie et Participation), représentants d’institutions de recherche, représentants d’associations
ou de fondations intéressées par le renouvellement des pratiques de recherche. Cette commission poursuit et approfondit les travaux engagés dans la première phase du programme REPERE en particulier sur la compréhension des apports des démarches collaboratives environnementales ainsi que les modalités et critères de leur évaluation.
C’est en s’appuyant sur cette commission que le MEEM lance le présent appel à manifestation d’intérêt en vue d’une labellisation des collectifs engagés dans la recherche collaborative environnementale. L’objectif est d’étendre la communauté déjà constituée autour du programme REPERE, en donnant plus de visibilité aux acteurs qui partagent la même conception d’une recherche ouverte sur la société. La conviction qui anime cet appel est qu’il est devenu indispensable que cette communauté latente devienne effective pour sortir de la dispersion des expériences qu’elle a accumulées.

Cet appel est une invitation à ce que tous les collectifs (laboratoires ou équipes de
recherche, associations en tous genres engagées dans la transition écologique et les évolutions sociétales qu’elle implique) expriment leur intérêt pour la recherche collaborative environnementale et pour l’éthique qui en est le ressort. Le but du processus de labellisation est de contribuer à les fédérer, autour de l’effort commun de réflexivité qu’exigent les pratiques et les méthodes qu’ils expérimentent.

L’intérêt que trouvera chaque collectif à se voir labellisé sera multiple : reconnaissance institutionnelle des démarches en cours ; label en appui à la recherche de financement pour poursuivre, consolider ou démultiplier ces démarches ; insertion dans un réseau et partage d’expériences entre partenaires ; accès à des outils de réflexivité (grilles d’analyse, typologie, cartographie,…) par exemple au sein d’une plateforme commune. En se donnant elle-même la visibilité qui lui manque, cette communauté se dotera ainsi des moyens de susciter l’intérêt pour la recherche collaborative environnementale
dans les territoires.

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site :
http://www.programme-repere.fr/repere2015/appel-a-manifestation-dinteret/

Mis à jour le 13 décembre 2016